La Mobiquité

La Mobiquité

Partager :

   Une fois n’est pas coutume mettons à l’honneur notre belle langue française et parlons d’un sujet brulant d’actualité ; la Mobiquité.

Le terme de Mobiquité est donc la contraction des concepts de mobilité et d’ubiquité. Mais pour ceux friands d’anglicisme ce sera l’acronyme d’ATAWAD (AC) pour Any Time, Any Where, Any Device (Any Content). La marque ATAWAD a été déposée en 2002 par Xavier Dalloz, consultant spécialisé dans les nouvelles technologies. Une nouvelle ère s’annoncerait avec la mobiquité mettant fin à l’unité de temps, de lieu et d’action dans le monde du travail.

Diversifier les lieux de travail

La mobiquité serait-elle en passe de devenir la nouvelle norme dans le monde du travail ?

La crise sanitaire que nous traversons actuellement n’a fait qu’accentuer le travail en distanciel sous toutes ses formes et accélérer le déploiement du travail en asynchrone. Les modes de travail deviennent de plus en plus flexibles notamment avec l’essor du travail nomade, des tiers lieux et du travail à domicile. Avec l’essor du « freelancing », des flex office, le home office et les tiers lieux, de plus en plus de travailleurs sont désormais « sans bureau fixe ».

Nous pouvons citer l’exemple de Clémentine Alzial, CEO de Valrhona qui pratique depuis quelques années le flex office. Interrogée par Pauline Laigneau sur son podcast le gratin, elle y explique en quoi le flex office lui simplifie son travail et notamment en termes de relation avec ses collaborateurs. Clémentine Alzial explicite qu’elle préfère venir à ses collaborateurs que l’inverse et ainsi elle affirme se sentir plus libre sans bureau attitré.

 Le « full remote » ou le travail à distance s’impose comme une norme, encouragé par l’état et plébiscité par bons nombre de salariés.

Protéger son temps personnel

Cependant, cette mobiquité demande une réelle agilité temporelle et une bonne gestion de la porosité entre les sphères privées et professionnelles. De facto le présentéisme n’a plus de sens en tant que tel. La notion de « boulot » est désormais plus une tache à accomplir qu’un lieu tangible et fixe dans lequel se rendre chaque matin. Traditionnel en France le présentiel est plus la norme que dans les pays Nordiques. Et comme c’est si justement évoqué dans le dossier « smart working : réinventer le travail » de greatplacetowork : « Le bureau doit donc être repensé non comme simple lieu de travail, mais comme lieu d’appartenance. »

La question posée est celle du droit à la déconnexion numérique, en effet, la porosité entre nos univers personnel et professionnel est de plus en plus ténue. Le télétravail peut amplifier les fractures, notamment numérique et sociale, et donc introduire de nouveaux risques psychosociaux. Cela peut engendrer un isolement géographique, une perte de sociabilisation avec ses collègues mais cela peut aussi conduire à un épuisement professionnel voir à de l’anxiété. C’est d’ailleurs un des points d’alerte qui ressort de l’analyse des +2.800 diagnostics effectués avec notre outil LeDIAG.
A la question « En dehors des heures de travail nous pouvons réellement nous déconnecter, arrêter de répondre à nos mails et de suivre nos dossiers », nous pouvons noter que l’énergie calculée à 12 points de plus sur les personnes ayant la possibilité de réellement se déconnecter.

Confiance et culture du digital

D’ailleurs dans le très bon article de Charles-Henri Besseyre des Horts paru dans les Echos le 22/10/2020, le management par la confiance semble être pour lui la solution qui passe par une refonte des pratiques managériales et des modèles managériaux. Les agilités (et les dynamiques) collectives et individuelles sont donc à réinventer et à coconstruire.

L’ATAWADAC permet donc d’anticiper les besoins futurs de nombreux secteurs d’activité. Avec la création d’une culture du digital et du pouvoir des applications (cloud computing : l’informatique en nuage) la mobiquité s’insinue dans notre quotidien.

Durant la crise du Covid-19 le télétravail constitue un véritable moyen de résistance face à la crise et permet de relever un défi presque existentiel.

La mobiquité aurait-elle donc de beaux jours devant elle ?

2 commentaires
  • sikis izle
    Posté à 23:53h, 17 novembre Répondre

    This design is spectacular! You most certainly know how to keep a reader entertained. Tedra Hagen Gamages

  • film
    Posté à 02:47h, 24 novembre Répondre

    Hi there colleagues, nice article and good arguments commented here, I am truly enjoying by these. Kaja Walden Cowles

Poster un commentaire