campus de l'innovation managériale. dôme de l'ESSEC. Cergy 25 Novembre 2017

Belle réussite pour le Campus de l’Innovation Managériale

Le pari était osé, il est réussi ! L’institut de la sociodynamique a réuni 1.500 responsables à Cergy, un samedi de Novembre, dans les locaux de l’ESSEC pour une journée complète autour de l’innovation managériale.

Des dizaines de conférences et tables rondes sur les défis du management étaient planifiées tout au long de la journée. J’ai d’ailleurs eu l’honneur de prendre la parole à celle organisée par Charles VAN HAECKE, créateur des Espoirs du Management, sur le thème du collaborateur, premier client de l’entreprise. Charles-Henri BESSEYRE DES HORTS, professeur émérite à HEC et président de l’AGRH animait les échanges. Carlos VERKAEREN nous a détaillé comment il avait cassé les codes chez POULT en supprimant l’organigramme, donnant la parole à chaque salarié. Angélique THEBAULT et Baptiste CATALAN ont dévoilé comment des stagiaires en alternance pouvaient hacker une grande organisation comme la Société Générale. J’ai insisté sur le fait d’utiliser les technologies pour donner le maximum d’autonomie à chaque collaborateur. De ce point de vue le nouvel outil Diagnostic Management va dans le bon sens puisqu’il offre à chaque collaborateur une vision de synthèse de sa perception de l’organisation de son entité, ce qui est trop rarement le cas parmi les nombreux outils en ligne promettant de faire évoluer le management. Nous avons d’ailleurs utilisé les premiers résultats de l’analyse des réponses de ce diagnostic pour alimenter les débats.

stratégie management collaborateur communicationfierté management innovation

La table ronde finale était centrée sur le transhumanisme et les enjeux induits sur le management de demain. Comment ne pas être d’accord avec Gilles BABINET lorsqu’il suggère d’introduire des cours d’éthique pour toutes les personnes travaillant sur les problématiques d’intelligence artificielle afin qu’elles n’oublient pas de prendre aussi en compte le capital humain. Il propose aussi un beau défi à l’Europe : penser la technologie sous l’angle des valeurs humanistes.

Gilles Babinet, Jean Staune , François Régis de Guenyveau. transhumanisme et innovation

Jean STAUNE ne semble pas très inquiet : quelques années nécessaires pour atteindre le test de turing et bien plus encore pour celui du HAL de 2001 qui tue des être humains pour préserver sa propre existence. Oublie-t-il qu’il existe d’autres formes de vie que celle de l’intelligence artificielle qui pourraient menacer l’espèce humaine ? Je pense en particulier à la fameuse gelée grise que certains chercheurs apprentis sorciers pourraient laisser sortir de leur laboratoires à l’insu de leur plein gré. Mais il est vrai que l’on s’éloigne alors du transhumanisme. Pour François-Régis de GUENYVEAU, le transhumanisme risque de créer une élite augmentée et générer un grand nombre de laissés pour compte. Cela reste de la responsabilité du chef d’entreprise d’être attentif au panache et à la poésie dans ses recrutements, même s’il avoue qu’il a parfois personnellement agit différemment.

l'équipe campus innovation managériale

Encore un grand bravo aux responsables de l’institut de la sociodynamique et à ses partenaires, en particulier les équipes de Kea Partners qui ont rendu possibles cette grande journée et ces nombreux échanges !

Pablo SANTAMARIA
pablo@formitel.net
Pas de commentaire

Postez un commentaire