Déconnexion : vouloir et pouvoir….

Mcafee vient de sortir une étude intéressante sur le Digital Detox. Alors que nous savons tous qu’il est important de pouvoir vraiment se déconnecter pendant les vacances, 38% des participants avouent ne pas pouvoir s’empêcher de vérifier leur messagerie une fois par jour. L’enquête ne fait pas toujours une distinction claire entre usage personnel et professionnel puisqu’elle porte surtout sur les conditions de sécurité, en particulier l’usage de réseaux wifi pas forcément sécurisés, sur les lieux de vacances (et oui, Mcafee propose des systèmes de sécurité…).

Il nous a semblé opportun de rapprocher ces chiffres des premiers résultats du Diagnostic Management. La question posée n’est pas tout à fait la même puisqu’il s’agit de la possibilité de se déconnecter et pas directement de respecter cette déconnexion. Les chiffres restent cependant étonnamment proches puisque lediag.net identifie 35% de participants pour lesquels il ne semble pas possible de se déconnecter réellement.

déconnexion

Intéressant aussi de tenter une analyse plus détaillée en fonction du niveau hiérarchique des participants. Sans surprise les personnes n’ayant aucune responsabilité sur la stratégie de l’entreprise sont plus nombreuses à valider la possibilité de se déconnecter totalement (moins d’un quart s’estime obligé de rester connecté). Par contre, pour les dirigeants et surtout pour les managers intermédiaires, la nécessité de rester connecter monte au dessus de 40%.

déconnexion. la souffrance des cadres

L’on cite souvent la manutention de charges lourdes et l’utilisation de produits dangereux pour l’évaluation de la pénibilité des postes de travail, mais il y a sans doute d’autres facteurs à prendre en compte pour mieux apprécier l’importance du stress sur la qualité de vie !

Pablo SANTAMARIA
pablo@formitel.net
Pas de commentaire

Postez un commentaire